Les cantonales dans les ALPES-MARITIMES

Posté par atlaspol le 10 mars 2014

Bien que le conseil général soit largement dominé par la droite, le scrutin cantonal de 1998 a été plutôt favorable à la gauche, qui a progressé de 8 sièges, grâce surtout à des triangulaires avec le FN. Ainsi, le PCF emporta-t-il Nice III, et le PS Grasse-Nord, Nice XIV et surtout Nice V et XI aux dépens de Geneviève Médecin-Assemat et Rudy Salles. A Grasse-Sud, c’est le Vert Jean-Raymond Vinciguerra qui fit chuter Jean-Pierre Leleux, toujours dans une triangulaire. Une progression stoppée en 2001… au bénéfice de l’âge. Ayant obtenu exactement le même nombre de voix que le socialiste Marc Concas, à Nice I, le sortant libéral, Gérard Bosio, plus âgé, conserva son siège.

Quant au PCF qui, en 1994, détenait trois sièges de gauche sur quatre, il est resté stable en douze ans dans ses fiefs de la « Vallée rouge », au nord de Nice (Carros, Contes et L’Escarène). En 2008, il doit cependant céder Carros au PS dans une triangulaire.

Les cantonales de 2004 se déroulèrent à rebours du contexte politique national, défavorable à la droite. Cette dernière progressa d’un siège, Jean-Pierre Leleux ayant réussi à prendre Grasse-Nord au PS. Cependant, l’opposition départementale a stabilisé ses positions à Nice. Elle progresse lors de la partielle de juin 2005, qui voit l’élection de la socialiste Dominique Boy-Mottard à Nice VII. Une avance réduite lors de la partielle de juin 2007, qui voit un UMP remplacer un PS décédé dans la canton de Nice XI.

Christian Estrosi est l’un des rares président de département de droite à limiter les dégâts lors des cantonales de 2008. Sa majorité ne cède qu’un siège, Mougins, au profit des écologistes, preuve de l’influence encore importante exercée par l’ancien député André Aschieri dans le secteur.

En 2011, sur fond de poussée du FN, l’UMP récupère deux sièges, à Nice VII et XIV, ce qui réduit le contingent des conseillers généraux PS à deux contre trois communistes. A noter qu’à Nice XIV, l’ancien maire Jacques Peyrat, allié à l’extrême-droite, n’a pu empêcher l’UMP Dominique Estrosi-Sassonne de s’imposer.

Les cantonales dans les ALPES-MARITIMES dans ALPES-MARITIMES 06cantons

Fond de carte Géoatlas, reproduction interdite

 

Conseil général des Alpes-Maritimes

39 UMP, 3 divers droite, 3 FG, 2 PS, 2 UDI, 1 divers gauche, 1 EELV, 1 PRG

Chronologie des présidents

1945 Virgil BAREL (PCF)

1947 André BOTTON (SFIO)

1951 Jean MEDECIN (divers droite)

1961 Francis PALMERO (divers droite)

1973 Jacques MEDECIN (CNIP)

1990 Charles GINESY (RPR)

2003 Christian ESTROSI (UMP)

2008 Eric CIOTTI (UMP)

 

 

Publié dans ALPES-MARITIMES | Pas de Commentaire »

Les législatives et les sénatoriales dans les ALPES-MARITIMES

Posté par atlaspol le 11 février 2014

Rattaché à la France en 1860, l’ancien comté de Nice est l’un des départements les plus conservateurs de France. C’est aussi l’une des zones les plus favorables à l’extrême-droite, et ce depuis l’émergence du FN au milieu des années 1980. 

Le redécoupage Marleix, assez conséquent, n’apporte aucun bouleversement en 2012. La droite joue d’ailleurs la carte de la prudence, puisqu’elle représente tous ses sortants… largement réélus. Une exception: le retrait de Muriel Marland, sortante de l’ancienne 2e, compensé par l’élection dans la nouvelle 2e de Charles-Ange Ginésy qui avait déjà brièvement siégé durant les deux précédentes législatures comme suppléant de Christian Estrosi. C’est d’ailleurs le moins bien élu des neuf, avec un « petit » 53,29 % face il est vrai à l’ancien député écologiste André Aschieri, encore bien implanté dans ce secteur mêlant désormais l’agglomération niçoise à un vaste pan de l’arrière-pays. La vague rose ne se ressent, finalement, que dans le nombre de seconds tours, qui passent de deux en 2007 à sept en 2012.

Les législatives et les sénatoriales dans les ALPES-MARITIMES dans ALPES-MARITIMES 06circo12

Fond de carte Géoatlas, reproduction interdite

Chronologie des députés

1 NICE I, II, III, IV, VIII, XII

2012 Eric CIOTTI (Rass. UMP)

2 GRASSE

2012 Charles-Ange GINESY (Rass. UMP)

3 NICE V, VI, VII, XI, XIII

2012 Rudy SALLES (UDI)

4 MENTON

2012 Jean-Claude GUIBAL (Rass. UMP)

5 NICE X, XIV

2012 Christian ESTROSI (Rass. UMP)

6 CAGNES-SUR-MER

2012 Lionnel LUCA (UMP)

7 ANTIBES 

2012 Jean LEONETTI (Rass. UMP)

8 CANNES

2012 Bernard BROCHAND (Rass. UMP)

9 GRASSE

2012 Michèle TABAROT (UMP)

 

Les sénatoriales de 2008 furent l’occasion de renouveler totalement la représentation des Alpes-Maritimes au palais du Luxembourg. Tout d’abord, l’adjonction d’un cinquième siège à la proportionnelle favorise mécaniquement le PS, qui réussit ainsi à faire élire le maire de Valbonne Marc Daunis. Ensuite, la dissidence du maire UMP de Saint-Jean-Cap-Ferrat Robert Vestri, qui obtient un siège, empêche la réélection de Pierre Lafitte, seul sénateur sortant. La liste officielle place ainsi Colette Giudicelli, Jean-Pierre Leleux et Louis Nègre.

Les grands équilibres ne sont pas modifiés en 2014. Malgré l’écrasante avance de la liste UMP (42,9 %), le PS parvient à faire réélire Marc Daunis, le FN local essuyant un échec, contrairement à ses voisins du Var et des Bouches-du-Rhône. A droite, tous les sortants de la liste officielle de l’UMP en 2008 sont reconduits. Dominique Estrosi-Sassonne succède à Hélène Masson-Maret, qui avait remplacé René Vestri, décédé en 2013.

Chronologie des sénateurs

2008 Marc DAUNIS (soc.); Colette GIUDICELLI (UMP); Jean-Pierre LELEUX (UMP); Hélène MASSON-MARET (UMP), 2013-2014; Louis NEGRE (UMP); René VESTRI (UMP), 2008-2013

2014 Marc DAUNIS (soc.); Dominique ESTROSI-SASSONNE (UMP); Colette GIUDICELLI (UMP); Jean-Pierre LELEUX (UMP); Louis NEGRE (UMP)

Publié dans ALPES-MARITIMES | Pas de Commentaire »

 

Saintryensemble |
Bien vivre à Norrent- Fontes |
Aniche, agir avec vous! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Liaisons à gauche
| Avenirdevermenton
| Etrechy